Catherine Aubecq est née en 1965 en Belgique et vit à Paris.

Elle pratique le Nihon-Ga, (日本画) peinture traditionnelle japonaise, qui trouve ses origines en Chine, à base de produits naturels nécessitant une grande préparation.

Elle a été initiée à cette technique par son Maître Yiching Chen, en atelier.

 

Le papier japonais (washi) est apprêté avec un mélange de colle d’origine animale (nikawa) , d’eau et d’alun, puis marouflé sur du bois.Les pigments en poudre (enogu) sont de différentes textures et origines : minéraux, terres, animaux, végétaux, synthétiques…

L’artiste poursuit le développement de sa technique picturale à la recherche du juste équilibre entre dessin et peinture, valorisation de la matière et de la texture.

Elle a une prédilection pour la faune aquatique et les grands échassiers.

Elle travaille avec des terres du monde entier, applique des feuilles d’or et d’argent, utilise le gofun à partir de coquillages concassés pour créer une couleur blanche lumineuse.

Elle utilise des pochoirs qu’elle crée elle-même à l’aide de fils de soie naturelle et de jus de kaki fermenté ou travaille ses fonds avec la technique de papier froissé (momigami).

Sa peinture est empreinte de mystère, de délicatesse dans le travail des couleurs et des matières.

Jeux de lumière et de scintillement avec l’utilisation de pigments minéraux, de poudre de cristal, poudre de marbre et poussière d’or.

L’ambiance, inspirée de l’Asie, est résolument poétique, toute en lumière et en transparence.